Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Les locataires de la rue de la Piscine interpellent leur bailleur



« On nous a vendu du rêve » pour les locataires la résidence située rue de la Piscine cela n’a pas le sens du ravissement mais plutôt celui du désespoir. Ce dépit mêlée d’une colère froide, n’a jamais quitté les résidants présents lors des trois réunions publiques organisées en moins de deux semaines. Mais quelle en est l’origine ? En 2007, lors de la présentation de réhabilitation des 96 logements on leur faisait miroiter 30 euros de charges en moins par mois grâce entres autres à la pose de panneaux solaires (production d’eau chaude sanitaire solaire). Aujourd’hui c’est loin d’être le cas. Au point que les locataires veulent un geste du bailleur car la réalité est tout autre. Le rêve tourne même au cauchemar : ICF leur réclame trois ans de régularisation de charges. Un coup de poignard pour nombre d’entre eux qui peinent déjà à joindre les deux bouts. Pour ces derniers, c’est d’ailleurs encore plus cruel de s’entendre de la bouche d’une représentante du bailleur que si ils en sont là c’est parce que "nous (ICF) avons mal provisionné les charges"...

JPEG - 260.3 ko

Jeudi 22 décembre en présence de Monsieur Éric Brylowskij, directeur de l’agence ICF Nord-Est de Lens, un "diagnostic en marchant" des parties communes extérieures et intérieures a été fait avec les résidants et le maire, Jean-Marc Tellier. Un courrier des locataires retraçant un état de tout ce qui ne va pas dans leurs appartements a également été remis au représentant du bailleur.
Soutenus par le maire, les locataires demandent des réponses et réclament un geste. Mais le directeur d’agence ne leur a pas apporté à ce jour de réponse. Le constat du diagnostic n’est pas très élogieux pour le bailleur social : volets bloqués, dysfonctionnement du chauffage, eau chaude par intermittence, façade verdie ...
Pour le moment, les prélèvements sont stoppés en attendant un accord. Les locataires plus que soudés espèrent se réveiller de ce mauvais rêve et recevoir de bonnes nouvelles. Ce serait déjà un signe d’espoir pour attaquer 2017.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion