Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


RN17 : la victoire de la mobilisation !



JPEG - 293.9 ko

Cette poignée à trois mains symbolise et clôture (pour le moment du moins) le combat mené sans concessions par les maires de Vimy, Avion et Givenchy-en-Gohelle. Tout a commencé par la pose d’une banderole suivi d’une pétition adressée aux populations. "Route dangereuse, que fait l’Etat...?" le slogan visible du pont des agriculteurs a fait mouche, bien aidé en cela par le relais des médias régionaux lors de sa pose. C’était le 30 novembre dernier et deux semaines plus tard (mercredi) Fabienne Buccio, la préfète du Pas-de-Calais, recevait à Arras la délégation des élus des trois communes lestés de l’ensemble des pétitions largement signées par les populations (voir la photo dans le portfolio). Une heure plus tard, ce sont des sourires non pas chargés de belles promesses mais d’engagements qui quittaient la préfecture.

Priorité à l’axe Vimy-Avion

Il faut parler d’engagements car la donne a été modifiée sur le plan du financement des travaux. Le budget initial (financé à 100% par l’Etat) de 26 M€ ne devrait pas être impacté mais sera versé par tranches au fil de l’avancée des travaux. Une première enveloppe de 7 M€ a été débloquée permettant aux travaux de débuter en juillet prochain et privilégiant l’axe Vimy-Avion (du giratoire à la République) soit la portion la plus dangereuse. Auparavant il faudra passer par la phase incontournable de la dépollution pyrotechnique (une enveloppe de 700 000€ a été débloquée, début des opérations dès janvier). On passe tout simplement d’une navigation à l’aveugle à l’établissement d’un calendrier précis : les travaux débuteront à l’été 2017 pour s’achever en 2019.

Un radar mobile et des panneaux lumineux en attendant

La veille, mardi, la communauté d’agglomération Lens-Liévin avait voté à l’unanimité une motion pour la mise à deux fois deux voies de la RN 17, de quoi booster le moral de nos élus locaux. Et faire comprendre à la préfète l’ampleur des interrogations concernant ces travaux pourtant inscrits dans le contrat de plan Etat-Région. La suite on la connait, les maires des trois communes ayant obtenu au passage la mise en place d’un radar mobile et de panneaux lumineux signalant les ralentissements en attendant les premiers coups de pioches. Même si "évidemment nous resterons vigilants quant à la suite" les élus pouvaient se serrer chaleureusement la main après le retrait des banderoles surplombant le pont. La mobilisation a payé et cet épineux dossier ne risque plus de parasiter les fêtes de fin d’année. "La route de la mort" ne devrait bientôt plus faire partie que de la -triste- histoire.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion