Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Au Familia, "Les invisibles" étaient visibles



Treize ans après la fermeture du fameux hangar de Sangatte par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, la situation des milliers de migrants de Calais demeure un drame humanitaire quotidien. L’Angleterre est à portée de regard pour ces réfugiés ayant parcouru, souvent au risque de leurs vies, des milliers de kilomètres et seule la mer les empêche de rejoindre cette pseudo Terre promise. Face à cette tragédie, il y a ceux qui les rejettent, souvent violemment, et ceux qui ont décidé d’apporter un peu d’humanité à ces hommes, femmes, enfants qui n’ont souvent que l’espoir pour tout bagages.
C’est le parcours, l’engagement de ces bénévoles ayant décidé, au risque souvent d’être hors-la-lois, de ne plus détourner le regard face à cette situation qui est décrit dans le film documentaire "Invisibles, les bénévoles de Calais" projeté lundi au Familia à l’initiative du Secours Populaire Français 62. S’en est suivi un débat entre le public et le réalisateur, Pascal Crépin. Concours de circonstances (?) le lendemain -ce mardi- Nicolas Hulot signait une tribune fracassante publiée à la Une du Monde sous le titre "Migrants où est passée notre humanité ?". En voici les premières lignes : "Parfois, je me donne la nausée quand j’observe le cauchemar des migrants ou des réfugiés -peu importe le terme- et la manière progressive dont je m’accoutume à l’enfer des autres depuis des années. Suis-je le seul à céder à cette anesthésie émotionnelle ? C’est à chacun de répondre. Mais n’est-il pas légitime de se demander où est passée notre humanité ? Notre seuil d’indignation s’élève de jour en jour. Nous fronçons les sourcils à quelques dizaines de morts et grimaçons à quelques centaines. Et encore, tout dépend de la distance qui nous sépare de la tragédie. Quoique ce qui se passe sous nos yeux, à Calais ou à Dunkerque, provoque plus de peurs que de compassions ou d’empathie." A méditer.

JPEG - 195.7 ko


Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion