Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


République : Pas-de-Calais Habitat doit passer aux actes !



Depuis plusieurs jours les habitants de la République, épaulés par la municipalité, sont montés au créneau pour -enfin- remédier aux problèmes que rencontrent moult locataires dans leur logement. Des problèmes qui, pour la plupart, équivaut à un large franchissement de la ligne jaune. Retour sur la situation en quatre épisodes.

Episode 1. Cela fait trop longtemps que de nombreux résidants de la République n’en peuvent plus de vivre dans des logements parfois quasis insalubres subissant un quotidien miné par les soucis tant domestiques qu’environnementaux (cafards, fuites, défauts d’entretien... et surtout absence d’écoute des doléances). Lors d’une réunion organisée par le PCF local dans une salle comble, les témoignages furent forts, édifiants, et la presse présente ce soir là avait largement relayé la teneur des échanges.
Ce qui n’eut pas l’heur de plaire au bailleur qui se fendit illico d’un droit de réponse. "Le président de Pas-de-Calais Habitat m’a appelé pour me faire part de la même argumentation. Je lui ai répondu qu’il vienne sur place constater la réalité de la situation" précisera Jean-Marc Tellier.

Episode 2. La semaine suivante, un algeco est installé sur la place, face aux bureaux de Pas-de-Calais Habitat. Et le maire d’inviter chaque habitant à remplir le formulaire de revendications et de faire savoir que cet algeco n’est pas qu’un symbole mais aussi un lieu pour accueillir et écouter les habitants. Des habitants également invités à venir se procurer un exemplaire d’affiche -pastiche du logo du bailleur- pour la coller aux fenêtres de chaque appartement. Un porte à porte s’est également organisé pour informer et sensibiliser le plus grand nombre. Un déplacement pour aller manifester sous les fenêtres du bailleur est planifié au 11 mai.

Episode 3. Une nouvelle réunion de concertation et d’écoute des habitants est organisée dans la salle conviviale. De nouveau les témoignages affluent et souvent l’émotion étreint les personnes exposant leur calvaire. La mobilisation est toujours aussi forte. Cette fois, il s’agit de préparer la "réception" de la direction de Pas-de-Calais Habitat qui va venir rencontrer ses locataires afin notamment de soumettre neuf propositions que Jean-Marc Tellier n’a pas voulu valider avant de consulter ses concitoyens. « D’ici trois semaines à un mois, le président de Pas-de-Calais Habitat doit venir nous rencontrer. J’ai proposé qu’il vienne directement dans le quartier et qu’il se rende compte, par lui-même, des conditions de vie ! » ajoutera le maire. On attend désormais que le bailleur s’explique sur cette -longue- liste de dysfonctionnements.

Episode 4. Dans une salle conviviale de nouveau pleine à craquer, les trois représentants de Pas-de-Calais Habitat, dont le directeur général Fabrice Crépin ont dû avoir l’impression de rentrer dans une arène. Mais jamais les débats ne déraperont en dépit d’interventions disons vives. Rats, cafards, toilettes bouchées moisissures, problèmes de chauffages... beaucoup de questions et d’incompréhensions. Une fois de plus les témoignages sont édifiants et les représentants de Pas-de-Calais Habitat prennent notes sur notes tout en encaissant les reproches. Le maire veut que le principe d’un groupe de travail associant le bailleur, la ville et les habitants soit acté avant la fin de la réunion publique. Ce qui sera fait. Auparavant, les propositions de Pas-de-Calais Habitat -au nombre de douze- ont été soumises aux locataires. Globalement, on retiendra entre autres que 26 entrées bénéficieront d’un entretien plus fréquent, avec un passage supplémentaire par semaine ; le bailleur s’engage à régler les problèmes de condensation et d’infiltrations, une visite sera effectuée dans chaque logement touché ; d’ici à mai-juin 2016, remise en fonctionnement anticipée des privatisations d’une quinzaine d’entrées, mais aussi remises en peinture de certaines parties communes ; en mai-juin aura lieu une remise en fonctionnement anticipée des privatisations d’une quinzaine d’entrées, mais aussi remises en peinture de certaines parties communes ; s’agissant des chaudières la direction s’engage à « la poursuite des remplacements dans le cadre de la programmation pluri annuelle, mais aussi le remplacement des équipements sanitaires sur constat de vétusté ». C’est "une base de travail" sachant que les problèmes ne sont pas tous identifiés. Mais beaucoup de choses devraient se décanter dans les semaines à venir. On peut compter sur la vigilance des habitants intégrés dans le groupe de travail.
La suite au prochain épisode... Car bien sûr ce n’est pas au niveau des paroles mais bien au niveau des actes qu’on saura si les habitants de la République auront retrouvé un peu de quiétude. Et surtout des logements dignes.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion