Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


"Work in regress", paroles des "Temps modernes"



Trois hommes et un coup fin, celui de mettre à la portée de tous la vision de ce travail signifiant aussi torture. Trois hommes et trois tabourets à roulettes, c’est tout. Et c’est suffisant. La chorégraphie de ces tabourets aussi précise que la Patrouille de France fait penser à un jeu de bonneteau sauf qu’il n’y a pas de hasard. Les textes ne sortent pas de leur imagination mais d’une patiente collecte -essentiellement dans la région- des paroles d’hommes et (surtout) de femmes traduisant leurs expériences avec le monde du travail, à la virgule près. De la parole authentique pas trafiquée. Bien entendu il s’agit de la face sombre, du cynisme ambiant, des douleurs psychologiques issues le plus souvent d’une pression qui ne dit jamais son nom.
Une "auto évaluation à 360°", c’est le sous-titre de "Work in regress" écrit et joué par Pierre Boudeulle, David Lacomblez et Jacob Wouters. Ce concentré de paroles anonymes fait immanquablement penser au film "Les temps modernes" de Chaplin, plus le travail et ses outils se modernisent plus les conditions de vie de ses acteurs se détériorent. En résumé, la joie au boulot est une voie toujours plus étroite.
Dans la lignée de "Lard brut" proposé le week-end dernier, "Work in regress" tape là où ça fait mal sauf que ce fameux mal demeure toujours tabou et ce grand coup de pied dans la fourmilière des "ressources humaines"est réaliste à défaut d’être salvateur. Et dire que récemment nos hautes sphères n’ont trouvé pour seule thérapie qu’un code du Travail porté sur l’autel du sacrifice. C’est dire que ce spectacle demeure d’une cruelle actualité et qu’il a encore de beaux (façon de parler) jours devant lui.

JPEG - 129.4 ko

"Et si on imaginait un revenu universel pour tout individu dès sa naissance ?" Pas de doute, il s’agissait bien du festival "les utopistes debout".
Et il se clôturera vendredi 11 mars avec la pièce "Et moi pourquoi j’ai pas une banane" salle Aragon (20h30). Renseignements et réservations au 03 21 79 44 89.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion