Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


La semaine scolaire sur 4 jours et demi fait débat à Avion



JPEG - 359.4 ko

Appliquer la réforme des rythmes scolaires relève d’un véritable casse-tête chinois pour la Municipalité d’Avion qui doit prendre un engagement avant le 31 mars auprès du gouvernement. Soucieuse de mêler la population avionnaise au cœur des décisions, la majorité municipale emmenée par Jean-Marc Tellier a réuni le corps enseignant, les présidents d’associations et les parents d’élèves des écoles maternelles et élémentaires pour débattre sur le retour à la semaine des 4 jours et demi. La volonté du gouvernement est de se servir de cette demi-journée d’école supplémentaire dans la semaine pour organiser différemment les journées de travail en se calquant un peu sur le modèle allemand où l’enseignement proprement dit est limité à la matinée. Toutefois pour ce qui est de la France, un problème se pose : A qui confier les enfants entre 15h45 et 16h30, et pour quelles activités péri-éducative ?

JPEG - 259.8 ko

L’école de la République

Sur cette question, le gouvernement demande le soutien des municipalités. Charge à elle d’organiser des activités à vocation sportive et culturelle en plus de continuer à assurer l’accueil péri-scolaire. Pour se mettre en règle avec la réforme des rythmes scolaires, la ville d’Avion aura besoin de 133 animateurs prêts à accepter de venir travailler trois quarts d’heure pour encadrer les 2 100 élèves qui suivent un enseignement primaire au sein de notre commune. « On a fait un calcul rapide sachant qu’un élève, c’est 150 euros à l’année. Cela va donc nous coûter 315 000 euros, précise Jean-Marc Tellier, maire d’Avion. Comme Avion est inscrite dans le cadre de la politique de la ville, une aide est prévue par l’Etat lors des deux premières années allant de 90 euros par élève pour la 1re année puis de 45 euros ensuite. Mais après, il n’y aura plus rien ».

Plus de questions que de réponses

La crainte du premier magistrat avionnais et de voir peser cette réforme sur les finances des communes. Alors que pour Michel Salingue, enseignant retraité et syndicaliste invité à donner son avis lors de la réunion d’information, la réforme des rythmes scolaires ne règle en rien les problèmes essentiels rencontrés par l’école : « Le rythme scolaire est un aspect secondaire face aux fondements même des problèmes rencontrés par l’école qui sont le contenu du programme, la formation des enseignants et la prise en charge des enfants en difficulté dès l’apparition des premières difficultés. Avec cette réforme sur les rythmes scolaires, le gouvernement remet en cause la notion même d’éducation nationale. Car en fonction des moyens financiers des communes, un élève de Neuilly-sur-Seine et un élève d’Avion n’auront pas accès au même enseignement ». A y regarder de plus près donc, la circulaire de Vincent Peillon, Ministre de l’Education nationale, apporte plus de questions que de réponses. Le flou est total. Changement en septembre prochain ou l’année suivante ? Ecole le mercredi matin ou le samedi ? A Avion, toutes ces questions ont été débattues avec comme priorité forte dans l’esprit de chaque intervenant : l’intérêt des enfants. Les 250 personnes présentes au cinéma « Le Familia » souhaitaient que l’application du décret soit reportée pour laisser la place à la concertation et au débat.

JPEG - 268.4 ko


Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion