Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


La consécration pour Messieurs Juskowiak et Quiquempois



Henri Juskowiak, clarinettiste d’Avion et Jean-Marie Quiquempois, pianiste du Douaisis, ont été fait Chevalier des Arts et des Lettres à l’occasion d’une cérémonie bâtie autour de la musique de Jazz. Claude Hazard, représentant Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, n’a pas seulement remis ces insignes au titre de leur engagement musical et de l’éducation populaire en direction des jeunes intéressés par cette pratique de la musique. Ce dernier a également évoqué quelques grandes lignes de leur vie et de leur carrière commune. « C’est une surprise totale, avouait avec beaucoup de fierté Henri Juskowiak. Au début, quand on commence la musique, on cherche seulement à jouer et sûrement pas les médailles. J’ai consacré 60 ans de ma vie à la musique. Avec Jean-Marie, on se connaît depuis plus de 50 ans. Cette distinction nous fait plaisir malgré que le jazz ne soit pas très populaire ».

JPEG - 227.6 ko

Une distinction à double titre

La gorge nouée par l’émotion, Jean-Marie Quiquempois se félicitait également d’une telle décoration. Sans oublier bien sûr d’associer son ami Henri Juskowiak à cette formidable récompense. « Les gens, présents ici dans cette salle de répétition Georges Bizet, s’intéressent tous au jazz, martelait Jean-Marie Quiquempois. Mon histoire s’apparente à la maladie d’amour de Charles Azanavour. J’ai commencé la musique classique à 7 ans. Je suis mal voyant de naissance. J’ai suivi une formation à l’institut des jeunes aveugles de Paris pour me familiariser avec le jazz. Et me voilà à 77 ans décoré Chevalier des Arts et des Lettres ». La musique a toujours guidé leurs choix. Il faut savoir que le clarinettiste et le pianiste sont inséparables. « Avec Henri, nous avons seulement trois mois de différences d’âges, indique le Douaisien. On joue ensemble depuis l’hiver 1958-1959. J’aimais surtout joué avec d’autres musiciens. Nous avions sympathisé au cours d’un bal. Nous avons joué quelques morceaux ensemble et voilà comment le duo s’est formé. On vit une grande aventure ensemble ». Pour clôturer cette fête, les deux complices ont interprété deux célèbres morceaux de jazz sous les yeux ébahis d’un public conquis.



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion