Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Actualité >


Conseil Municipal du 17 juin : Malgré le désengagement de l'Etat, les finances demeurent équilibrées à Avion



JPEG - 245.2 ko

Le conseil Municipal s’est réuni le 17 juin pour examiner le compte administratif 2009. Ce document est le reflet de ce qu’a été l’action municipale durant cette année.

Le solde positif du budget principal de plus d’un million d’euros permettra d’abonder le budget d’investissement et donc de limiter le recours à l’emprunt. En 2009 aucun nouvel emprunt n’a été souscrit. C’est selon Jean Marc Tellier « Le reflet d’une gestion saine des deniers publics »

La gestion rigoureuse du budget communal permet de conserver certaines ambitions pour notre ville : continuer à améliorer le quotidien des avionnais, leur cadre de vie et rendre les services rendus à la population toujours plus efficaces et au plus près de l’évolution de leurs besoins.

JPEG - 236.6 ko

Plusieurs voix sont ensuite élevées sur les différents bancs de l’assemblée communale pour exprimer leurs préoccupations concernant la disparition de la taxe professionnelle et les conséquences de la réforme territoriale.
Le constat est le même le gouvernement Sarkozy est engagé dans une politique de casse tout azimut : casse de l’emploi, du pouvoir d’achat, de la protection sociale, des services publics, casse de la démocratie locale.
Jean Marc Tellier a évoqué le signal d’alarme tiré récemment par le président du Conseil Général sur l’état des finances départementales, conséquence des politiques de désengagement de l’état.
Ces politiques visent en fait à faire supporter la crise à ceux qui vivent uniquement de leur travail tout en épargnant les nantis et à mettre définitivement notre pays sous la dictature absolue des marchés.
Pour Jean Marc Tellier « on imagine aisément les conséquences dans une ville comme la notre si les partenariats avec les collectivités comme la région et le département ne peuvent plus se faire ».

Le compte administratif a été adopté par les groupes communiste, socialiste et vert. L’opposition s’est,elle, abstenue.

Le Conseil Municipal est également revenu sur le scandale de la ZAC de la Glissoire que nous avons déjà évoqué ici même.
Le groupe Auchan a lancé un recours national qui sera sans doute examiné à l’automne. La volonté de la majorité des élus avionnais, reste la même.
Comme l’a répété Jean Marc Tellier l’ambition est de développer, sur ce site un projet utile, qui offre de réelles possibilités d’emploi accessible à la population avionnaise.

En fin de conseil deux motions ont été adopté.

L’une contre l’agression israélienne contre les navires humanitaires présentée par Martine Vandevoorde. La ville d’Avion est depuis longtemps solidaire du combat du peuple palestinien. Cela s’est traduit concrètement par un accord de coopération avec le camp de Bourj el Barajneh et l’accueil régulier à Avion de délégations palestiniennes. Pour l’adjointe à la coopération internationale « le nouveau carnage perpétré par l’armée israélienne suscite dans notre ville colère et indignation »
Le conseil Municipal d’Avion réitère sa volonté que soit créé un État palestinien souverain avec Jérusalem Est comme capitale.

JPEG - 219.8 ko

L’autre motion adoptée par le Conseil Municipal concerne la réforme des retraites.
Présentée par Pierre Chéret adjoint chargé des affaires culturelles et du cadre de vie elle fustige « Le gouvernement qui a engagé une réforme à marche forcée de notre système de retraite… L’empressement du Président de la République ne vise qu’à répondre aux diktats du MEDEF et de livrer au final la masse financière des retraites aux appétits des marchés financiers et des fonds de pension… Pérenniser l’âge du départ à la retraite à 60 ans, maintenir et augmenter le niveau des pensions, c’est possible et les solutions financières existent…Si, au lieu de voler sans condition au secours des spéculateurs et des banques, on augmentait les salaires et agissait pour l’emploi, le déficit serait rapidement comblé…En taxant , les dividendes des actionnaires, les milliards investis dans la spéculation et les stock-options, en levant le bouclier fiscal on résorberait le déficit des caisses de retraites pour longtemps…C’est clairement un choix de partage des richesses, qu’il est maintenant temps d’imposer ! »



Enregistrer / Partager

Article au format PDF Enregistrer au format PDF
Partager dans votre réseau


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de Ville d’Avion